En ligne depuis 2004, ce site a été conçu autour d'une collection de plus de 800 illustrations aéronautique. Plutôt que d'en faire simplement une vitrine, j'ai voulu en faire un panégérique de l'aviation, en bon passionné de la première heure. Vous y découvrirez donc au fil des pages une véritable encyclopédie, couvrant aussi bien les warbirds que les avions civils de toutes époques, incluant ceux d'exploits, de lgne, d'acrobatie et de toursime. La plupart des illustrations sont au format 1/72 pour plus de facilité de comparaison.


SPAD VII, illustration vectorielle HD

Illustrations d'avions

Les illustations sont de deux types. Les plus anciennes sont peintes, les plus récentes, vectorielles (une technique d'inforgraphie). Il est possible de commander des tirages et des originaux sur illustrashop.com.

C'est donc bien en tant que passionné que je souhaite vous entraîner sur les pas de Clément Ader, des frères Wright, de Charles Lindbergh, dans la tourmente de 14/18 avec Fonck, Guynemer et du baron rouge, êtres témoins des exploits de l'aéropostale, émerveillés par ces paquebots du ciel qu'étaient les Zeppelins, essouflés par les courses effrénées de la coupe Schneider qui annonçaient les chasseurs de la dernière guerre, dont les Spitfires, Mustangs et Thunderbolt continuent à faire vibrer le public, étonnés par les premières expérimentations des jets avec Chuck Yeager, passionnés par la révolution du transport aérien avec Boeing, enthousiasmés par les patrouilles aériennes chamarrées et les acrobates du ciel qui ne cessent de repousser les limites de la résistance humaine, avant de faire un petit saut prospectif au-delà, dans l'éther, le royaume des anges. C'est une histoire d'autant plus fascinante qu'elle tient pour l'essentiel sur un seul siècle, avec des progrès qui ne sont comparables à aucun autre domaine existant. Car en abordant la troisième dimension, l'homme s'est ouvert ensuite les portes d'un univers bien plus vaste...

Navigation :

Les actualités de l'aviation (nouveaux appareils, commandes de compagnies, opérations...), et du site (nouvelles fiches, dossiers...). Le "boxart" - Art du Boîtage des maquettes plastiques d'avion - Souvenirs nostalgiques d'un flamboyant Roy Huxley et de bien d'autres talentueux peintres méconnus du grand public, qui donnèrent des ailes et une âme aux produits de Matchbox, Airfix, Heller, Revell, évoquant des pages d'histoire, suscitant imagination et rêve à des milliers d'adolescents...

Le"webring" aviation : Tous les liens utile de l'aéronautique. A commencer par notre partenaire de la veille aéronautique, rssaero.com.

Avions de la seconde guerre mondiale : Aviation française, Britannique, Allemande, Italienne, Américaine, Japonaise, Russe, Pologne, Tchécoslovaquie, Chine, Roumanie, Bulgarie, Hollande.... Les appareils de la grande guerre. Aviation française, Aviation Britannique, Aviation Allemande. Les avions Italiens, Austro-Hongrois, Russes, Turcs.

Un préambule pour l'histoire :

Le plus ancien rêve de l'homme accessible à tous, c'est ce que l'aviation a accompli en moins de 60 ans...

Un rêve bien lointain du fait de la dure loi de la pesanteur et des limites naturelles humaines. Seuls les chamanes entrant en transe, prenant l'esprit d'un rapace possédaient ce privilège dans des temps reculés. On sait cependant que certains rongeurs dérivés de souches archaïques communes arboricoles, du type lémurien, ancêtre de l'espèce simiesque, et donc de l'homo sapiens, possède un pelage muni d'"extensions", proche de celui développée par les chauves-souris, qui, à défaut de lui permettre de réellement s'arracher à la pesanteur, lui permet de "planer" pour prolonger son saut entre deux branches. Les scientifiques et archéologues sont dubitatifs. En effet, le premier vol "humain" serait bien antérieur à celui des frères Montgolfier, expérimentant les premiers la technique de la sustentation des aérostats, les aéronefs "plus légers que l'air".

Leonardo flying machineEn fait, aussi bien les géoglyphes de l'Atacama que le planeur de Macchu Picchu, ou les gravures et estampes chinoises antiques montrant des hommes soulevés par des cerfs-volants, plaident pour une recherche plus avancée sur la réalité de cette date historique.

Mais d'un point de vue ethnocentrique, occidental, et si on fait abstraction de l'éventuelle mise en application pratiques des merveilleuses machines du Génial Léonard de Vinci, ce fut bien au XVIIème siècle que l'on commença ces premières tentatives. Si le ballon, relativement fragile, lent et d'un guidage incertain réussit à se maintenir pendant tout le XIXème siècle, il faudra attendre la fin de celui-ci pour voir apparaître les premiers dirigeables, immenses et fuselés pour envisager un avenir radieux à l'aérostation.

Mais le vieux rêve était toujours celui d'égaler les oiseaux, donc de se situer parmi les plus lourds que l'air. Une nouvelle espèce, les avions, petits et véloces, n'allait pasOiseau de bois de Saqqara tarder à supplanter ces dinosaures qu'étaient les derniers dirigeables. Des premiers vols en planeurs furent tentés par des sportifs ingénieux, bricoleurs et un peu dérangés, la grande époque des pionniers allait débuter. Première étape, s'affranchir de la pesanteur, par les effets combinés de la vitesse et de la sustentation par l'appui sur l'air d'une surface rigide. N'importe quel enfant en à fait l'expérience en plaçant sa main plate par la fenêtre de la voiture et en l'inclinant. D'ailleurs, le parachute était déjà connu. Otto Lilienthal fut l'un de ces premiers qui parvint à planer quelques mètres par l'utilisation d'une aile très aboutie, et ceci avant le début du siècle. la belle époque fut aussi celle des expérimentations échevelées, de la recherche de solutions. Le grand monde de la finance et des journaux offraient des prix, suscitait l'exploit.

Le premier vol d'un plus lourd que l'air motorisé, prochaine étape, eut lieu soit en 1898, et c'est le Français Clément Ader et son Eole qui y parvint, ou bien les frères Wright en 1906 qui réussirent, et cette fois devant témoins dûment mandatés à se sustenter sur soixante mètres*. Mais quelques années plus tard, Louis Blériot parvint à repousser les limites d'endurance en traversant la manche. Pour la première fois, en dehors de l'exploit sportif, l'avion devenait une machine "sérieuse", démontrait ses capacités. L'armée ne tarda pas à s'en emparer, d'abord avec circonspection, puis en constituant les premières escadrilles d'appareils de reconnaissance, au côté des dirigeables et ballons plus traditionnels.

Galerie