Vapeurs du Mississippi (1811-1890)

Son som signifiait "père des eaux" pour les autochtones. Et pour quelqu'un qui n'avait jamais vu d'autres fleuves que ceux d'Europe, le Mississippi faisait figure de géant. Immense frontière naturelle séparant les USA d'est en ouest, descendant de la région des grands lacs, affluent de l'Ohio, et se jetant en louisiane, parcourant près de 3860 miles, le Mississippi était un moyen de transport commode pour voyager du nord au sud et de nombreuses cités étaient établies sur son cours, dès le XVIIe siècle, par des colons Français en particuliers. Au XIXe siècle, temps des pionniers une côte est surpeuplée, le Mississippi devint avec ses affluents l'autoroute idéale d'un grand réseau de villes champignons.

Pour desservir cette dernière, on adopta très vite quelque chose de plus consistant que les barges à gaffes que les pionniers utilisaient. Dès les premiers succés du Charlotte Dundas et du Clermont, des armateurs achetèrent la fameuse machine anglaise de Boulton et Watt, au départ un moulin à palettes, pour l'adapter à des barges existantes. Ainsi dès 1811, le steamer New Orleans, construit par Fulton et Livingston à Pittsburg, fut l'un des tous premiers à être en activité. Il desservait deux grandes cités d'alors, Natchez et la nouvelle Orléans. Toutefois son lourd systeme de transmission s'avéra très décevant. Un ingénieur Américain, Daniel French, parvint à revoir complètement la machine de Watt et produire un nouveau modèle bien plus simple et léger. Un premier vapeur en fut équipé, le Comet, nettement plus petit que le New orleans. Tandis que le New Orleans fut suivi du Vesuvius, en tous points semblable, le design de French était adapté avec un franc succés à un vapeur bien plus ambitieux que le petit Comet : l'Enteprise. Datant de 1816 et construit par Georges White, il était de très loins upérieur aux navires de fulton, et devint un nouveau standard en matière de vapeur, rapidement suivi. Le nom même est resté comme l'un des plus célèbre et repris par nombre de navires de l'US Navy. L'Enteprise fut suivi d'un navire encore plus grand, le premier à posséder un double pont, le Washington, à peine quelques mois plus tard.

 

memphis_riverboats

Paquebots du mississippi à Memphis en 1850. (image wikimedia ldd)

Les jalons étaient traçés pour les années à venir. Des centaines d'autres de ces vapeurs, de plus en plus grands, naquirent et firent la fortune de leurs armateurs. On vit vers 1820 les premiers navires à trois ponts, et même 30 ans plus tard, à quatre ponts. Vers 1860, les paquebots du mississippi étaient devenus de véritables palais flottants, entièrement en bois. Leurs machines poussives et de conception dépassée étaient cependant relativement fiables et robustes, plus durables que les coques qui se dégradaient, surtout faute d'entretien, en quelques années. Le Mississippi vit son lot d'incendies, explosions et chavirages en tous genre... L'expérience des pilotes, de nouvelles machines, l'enlèvement des obstacles, permit de réduire drastiquement le temps de "croisière" entre l'Ohio et la nouvelle Orléans, souvent hasardeuse, de près de 3 semaines à quelques jours à peine...

robert_e_lee

Le Robert E. Lee (1868), célèbre conccurrent du Nachtez VII lors de la "grande course" de 1870. (image wikimedia ldd)

 

Vers 1819, il y avait à présent une vingtaine de vapeurs sur le Mississippi. En 1830, il y en avait autour de 1200. une explosion de trafic qui était dûe simplement au développement économiques des villes le long du fleuve, grâce entre autres à l'esclavagisme et à la culture du coton. Le commerce se développa également grâce au riz, au bois, au tabac, au passage des colons d'une rive à l'autre, et simplement du transport des passagers, au départ entre Louisville et Pittsburgh, puis entre toutes les villes entre l'Ohio et la Louisiane. Le Mississippi devint en effet une partie intégrante du folklore du "vieux sud" (old south), et de l'économie sudiste, qui fut déterminante lors de la guerre de céssession. Ce furent de véritables icônes pour Mark Twain (Samuel Clemens), qui fut celui qui dépeint le mieux cet univers. Des cités comme Saint Louis ou Memphis se développèrent uniquement grâce au commerce sur le Mississippi, que le gouvernement tenta de réguler, d'abord pour faciliter la navigation de puis l'Ohio, avec l'acte de 1825, employant l'armée et des cohortes de civils pour nettoyer et dégager le fleuve. Entreprise titanesque mais qui porta ses fruits puique les traversées devinrent bien plus sûres et rapides au cours des années 30.

Les vapeurs du Mississippi furent toutefois longtemps sommairement construits, sans inspection ni normes bien précises, les machines mal entretenues. De ce fait, on assista à des centaines d'explosions de chaudières qui firent près de 4000 victimes. Environ 500 navires furent frappées de ce fléau. Une des causes de ces explosions était la fièvre des paris que se faisaient capitaines et compagnies rivales. On poussait des machines à leur dernière extrémité. Le développement également des transports dangereux, des "paquebots de plaisirs" tour à tour casinos et bordels flottants et des théâtres, participèrent à cet engouement de la vie sur l'eau, vue comme plus "libre" qu'à terre, loin des censeurs de l'amérique puritaine. Le fait que ces navires voyagaient entre plusieurs états était aussi le centre de tous les passe-droits. Le gouvernement intervint une seconde fois en 1838 pour clarifier les licences de navigation et les compétences des états et celui du ressort de l'état fédéral, tandis que l'acte de 1852 imposa les inspections, mettant fin au laxisme sur l'entretien des navires à passagers. Un grand nombre de vapeurs échappant à cette inspection, l'acte de 1871 les remit tous au même régime de surveillance.

La taille des premiers vapeurs allait de 80 à 140 pieds (43 mètres). Les plus immenses apparurent un peu avant la guerre de sécéssion, avec près de 90 mètres. Deux passerelles orientables étaient suspendues à des palans à l'avant, il n'y avait en effet que des berges, rarement des quais, pour aborder. La silhouette typique comprenait une coque en forme de parallélépipède arrondi à l'avant comme à l'arrière, légèrement tonturée, avec 1,50 m de tirant d'eau environ, un franc bord d'1,50 mètres également, une ou deux roues à aubes à l'arrière, ou bien sur les flancs, trois ponts dont deux couverts, le supérieur avec des galeries, et le pont supérieur plus ou moins couvert, et la passerelle qui courronnait le tout, juste devant les hautes et fines cheminées. Deux mâts de charges avec palans à l'avant se chargaient de placer pêle-mêle sur le pont tout ce qui était transportable.

vicksburg

Le siège de Vicksburg en 1863 par la marine nordiste de l'amiral Porter. (image wikimedia ldd).

Les plus grands et les plus célèbres de ces vapeurs furent la lignée des Natchez, qui commença avec le premier du nom en 1823 et s'acheva avec le Natchez VIII en 1879. Immense, il mesurait 303 pieds de long (92 mètres). Outre ses dimensions hors-normes et ses aménagements dignes des steamers de l'atlantique, le navire n'eut qu'une carrière commerciale assez courte. Il brûla en 1889. Un projet de le remplacer ne vit jamais le jour. D'autres reconstitutions plus modernes, en acier, sont venues s'y ajouter par la suite. L'éclipse la plus sérieuse que connut le Mississippi survint durant les deux ans que durèrent le blocus confédéral durant la guerre de sécéssion. La guerre se transporta sur l'eau. Les vapeurs servaient d'abord au ravitallement, mais bien vite ils furent réquisitionnés pour le transport de troupes, et enfin armés. L'escalade vers des bâtiments de combats fluviaux est illustrée avec le célèbre Cairo de l'union, un véritable cuirassé de bois, une batterie flottante, qui, au côté de la flotte de monitors nordistes, fut engagé contre les sudistes, notamment à la bataille de Vicksburg. Les vapeurs subirent alors une véritable saignée.

Après la guerre et le retour à la normale, les vapeurs connurent la conccurence de plus en plus vigoureuse du train. Tandis que le tansport de passagers déclina, celui des barges explosa. Les remorqueurs connurent leur âge d'or juste après la première guerre mondiale, accompagnant l'explosion de prospérité économique de l'Amérique. La vapeur n'étant plus efficace ou rentable, elle se vit remplacer par le diesel. Les paquebots du Mississippi sont entrés depuis dans la légende...

 
fermer la fenêtre